L’équipe du Vivoir

Accomplir, ensemble, un projet à la hauteur de nos ambitions


Les instigatrices du projet

Deux femmes à la vision commune

Portrait de Monika Gagnon, cofondatrice du Vivoir

Monika Gagnon

Des idées plein la tête

Née à Saint-Jean-Port-Joli, Monika Gagnon baigne dans l’art depuis sa tendre enfance. Très jeune, elle aspire à travailler dans le tourisme artistique. Ce désir est d’ailleurs renforcé lors de ses tout premiers emplois en dehors de l’entreprise familiale, Plastiques Gagnon. Elle est d’abord engagée à la Maison Médard Bourgault — par M. Andrée Médard Bourgault lui-même — comme guide touristique. Elle poursuit deux ans plus tard chez Poterie Port-Joli, où elle est initiée à la céramique. À 22 ans, elle devient copropriétaire de Plastiques Gagnon.

En parallèle avec sa carrière, Monika expérimente plusieurs médiums et techniques. Au fil des ans, ses formations créatives deviennent son refuge, un moyen de garder l’équilibre. En 2007, elle ressent un réel coup de foudre alors qu’elle expérimente le verre au chalumeau. L’aspect tridimensionnel de ce médium lui permet d’entrevoir une infinité de possibilités.

La fibre entrepreneuriale de Monika et sa forte passion pour les métiers d’art l’ont amenée à concrétiser le projet du Vivoir aux côtés de sa fille. Elle est désormais installée au sein de l’atelier de verre, au premier étage du Vivoir.

 

Portrait de Maighan Gagnon, cofondatrice du Vivoir

Maighan Gagnon

L'art de concrétiser

Maighan Gagnon cultive, depuis son très jeune âge, deux intérêts à première vue incompatibles : l’art et l’efficacité des processus. Son parcours académique est teinté de la seconde. Elle complète d’abord une formation en Génie industriel au Cégep de La Pocatière, ainsi qu’un certificat en Leadership du changement à l’Université Laval. Par la suite, elle bonifie sa formation de cours en communication tout en poursuivant son baccalauréat en administration des affaires.

Ses premières expériences professionnelles reflètent à la fois sa personnalité inventive et ses habiletés en gestion. Parmi elles, Maighan occupe le poste de coordonnatrice de l’optimisation chez Plastiques Gagnon et la direction du Musée de la Moto. Parallèlement, elle démarre son entreprise, Anabiose, et vend ses propres créations issues de surcyclage (communément appelé upcycling). Elle acquiert, au sein de ce projet, une riche expérience en communication et en commerce en ligne.

Aujourd’hui, en fondant et dirigeant Le Vivoir, Maighan met à profit ses capacités en entrepreneuriat et gestion tout en alimentant son admiration envers le talent des artistes. Elle y voit l’opportunité d’un nouveau souffle dans la mise en valeur des métiers d’art.

Le comité de sélection

Expertise variée, passion partagée

Le Vivoir fait appel à son comité de sélection au moment d’évaluer les dossiers d’artistes et les œuvres. Ce dernier comporte minimalement : un membre représentant les artistes, un membre de l’organisation du Vivoir et un membre externe, afin d’assurer un maximum d’objectivité. Le comité appuie ses décisions sur des critères clairs de sélection, qui peuvent être partagés aux artistes, s’ils le désirent.

Artistes et collaborateurs engagés

Le résultat d’une création collective

Le Vivoir prend vie grâce à la contribution d’employés, de collaborateurs, d’artistes et de visiteurs sensibles aux idées. Il reflète l’apport précieux de tout un chacun, tout en évoluant au fil des besoins.