L'histoire du Vivoir

Du rêve à la réalisation

Le Vivoir est rendu possible grâce au rassemblement d’artistes et de collaborateurs engagés qui rêvaient d’un centre dédié aux métiers d’arts. Il s’érige sur un lieu emblématique riche de son histoire. Découvrez ce qui a provoqué l’étincelle de tout un mouvement collectif.


Depuis plus de 30 ans, Monika Gagnon rêvait d’un lieu qui regrouperait les artistes de façon conviviale à Saint-Jean-Port-Joli, une sorte de point d’accès à l’art. Elle avait espoir de recréer l’atmosphère du temps où les ateliers d’artisans foisonnaient sur la route 132, cette époque où le village entier pouvait se transformer en exposition.

En 2018, elle fait l’acquisition d’un lieu enchanteur en face de l’église, regroupant une maison ancestrale et un petit bâtiment commercial. Ce dernier abritait jadis un magasin de meubles originaux appelé Le vivoir moderne. Étant donné son emplacement, Monika y voit le potentiel d’un lieu dédié à l’art et accessible aux visiteurs. Elle entrevoit la possibilité d’une boutique de métiers d’art, derrière laquelle elle pourrait installer son atelier de verre au chalumeau.

Rapidement, elle constate que la communauté de Saint-Jean-Port-Joli éprouve un besoin beaucoup plus grand, et que plusieurs artistes du métier d’art sont en quête d’un lieu pour créer et exposer. Elle désire alors faire profiter du lieu au plus grand nombre.

Le rêve de Monika prend forme par l'apport de sa fille Maighan Gagnon, qui fonde Le Vivoir. Grâce à ses forces en gestion et entrepreneuriat, Maighan peut concrétiser un projet à part entière qui découle directement de la vision de sa mère.

Ensemble, Maighan et Monika font éclore un projet qui traduit leurs valeurs profondes, réunissant à la fois plusieurs ateliers d’artistes, une boutique-galerie et des formations créatives. Elles veulent offrir aux artistes un centre de création, de ressources et de visibilité. Par-dessus tout, elles désirent développer la sensibilité envers les métiers d’art et les savoir-faire qu’ils représentent.

1860
LA CONSTRUCTION DE LA MAISON

La maison est construite par Élie Chouinard. Son style est typique des maisons québécoises bâties au XIXe siècle.

1886
DES NOUVEAUX PROPRIÉTAIRES

Joseph Honoré Dupont et son épouse, Adèle Bélanger, font acquisition de la maison. Ils y fondent leur famille et ont 12 enfants.

1912-1947
LE BUREAU DE POSTE

Une pièce de la maison accueille le bureau de poste. M. Dupont est maitre de poste de 1910 à 1920. Son épouse prend alors le relai jusqu’en 1930, suite au décès de M. Dupont.

1940
LA CONSTRUCTION DU VIVOIR MODERNE

Le propriétaire de la maison de l’époque, M. Morin, construit Le Vivoir moderne, un magasin de meubles avant-gardiste qu’il gère pendant plus de 40 ans avec sa femme, Mme Toussaint. Il avait comme projet d’y construire un deuxième étage, mais il décède avant de le réaliser.

1980-2014
LES FLEURISTES

Pendant 34 ans, deux fleuristes se succèdent dans les locaux de l’ancien Vivoir moderne.

Novembre 2018 — mars 2019
LA RECONSTRUCTION DU VIVOIR

Après cinq ans d’inactivité, Le Vivoir moderne est reconstruit en un bâtiment de trois étages au style Boomtown, faisant écho à l’ancien bâtiment. On apprend ensuite qu’il ressemble étrangement aux plans que M. Morin avait dessinés à l’époque.

Juin 2019
LE VIVOIR D’AUJOURD’HUI

Le Vivoir ouvre ses portes en tant que centre d’art dédié au rayonnement des métiers d’arts. Il accueille bon nombre d’artistes, d’amateurs d’art et de visiteurs.

Quelque chose à partager?

Nous collectons les souvenirs et les anecdotes en lien avec le passé du Vivoir. Si vous avez quelque chose à partager, écrivez-nous!